Publi MarkLogic

L’agilité de MarkLogic séduit le monde des services financiers

Après deux ans de présence sur le marché français, la plateforme unique proposée par MarkLogic a suscité beaucoup d’intérêt de la part des acteurs du monde financier. D’ores et déjà, deux banques majeures, un leader mondial de l’assurance, un gestionnaire d’actifs, ou encore deux des cinq plus grands groupes de protection sociale lui ont fait confiance. Zoom sur leurs cas d’usage et les bénéfices pour leurs organisations.

Valeur instantanée, Time to Market accéléré

L'auteur

Pour en savoir plus

image
  • Approche itérative et agile de MarkLogic

    Approche itérative et agile de MarkLogic

« Bien que différents dans leur taille et leurs activités, les acteurs du monde financier font face à des problématiques communes », constate d’entrée Frédéric Valluet, directeur des solutions de MarkLogic. Avoir une vision globale de leur portefeuille, améliorer la connaissance clients, harmoniser les données après une fusion, bâtir une véritable « base contrats »… : autant d’enjeux que la plateforme unique mise au point dans la Silicon Valley par les équipes de MarkLogic permet d’adresser en un temps et un coût record.

Une réponse aux enjeux réglementaires et économiques

Déjà utilisée par de nombreuses banques et compagnies d’assurance dans le monde, la solution MarkLogic arrive sur le marché français à un moment où les exigences réglementaires n’ont jamais été aussi nombreuses et convergentes, tant en termes de reporting et de conformité que de collecte et d’utilisation des données. Sur le premier point, les nouvelles obligations imposées par MiFID II, BCBS 239 ou Solvabilité 2 ont poussé les acteurs à se transformer pour rationaliser leurs organisations et se regrouper pour réaliser des économies d’échelle et atteindre une taille critique, agrégeant des systèmes de données hétéroclites et parfois anciens. Parallèlement à ces mouvements, qui rebattent les cartes du secteur financier, la montée en puissance des fintechs et autres néobanques a dans le même temps renforcé la concurrence entre les acteurs, contraints d’innover pour être agiles et performants. Quant au RGPD (Règlement général sur la protection des données), qui sera effectif le 25 mai 2018, il incite les acteurs à se poser la question de la nature et de la qualité de leurs données. « Les problématiques des frais de gestion, de la mobilité bancaire ou des assurances de prêt sont plus que jamais dans le viseur du législateur. Conjugués à des taux toujours très bas, les marges risquent d’en pâtir… », rappelle Frédéric Valluet, avant d’ajouter : « La réglementation est toujours un vecteur de transformation. Cela pousse toujours plus le secteur financier à se structurer et à se montrer innovants pour prendre les devants, et nous aidons les acteurs au quotidien, à l’image de ce que nous faisons actuellement avec ABN AMRO ou Crédit Suisse ».

Une plateforme MiFID II en trois mois

De fait, retenue à l’issue de plusieurs appels d’offres très relevés, la solution MarkLogic a réussi à chaque fois à s’imposer, en compensant son déficit de notoriété par une efficacité bluffante. « La force de notre plateforme est son agilité : elle vient se greffer aux infrastructures existantes, ne nécessite aucun bouleversement en interne et est totalement évolutive dans le temps », résume Frédéric Valluet, avant d’ajouter : « Elle est d’autant plus facile d’utilisation que les équipes opérationnelles sont impliquées en amont dans la co-construction du projet. Cela nous permet de répondre aux besoins métier de façon plus rapide et plus pertinente ». De fait, lors de la phase finale de sélection, qui comprend souvent l’élaboration d’un prototype à partir de données de l’entreprise, la méthode itérative d’allers-retours fait mouche à tous les coups ! Chez ABN AMRO, les équipes de MarkLogic ont ainsi démontré l’efficacité de leur solution. « Compte tenu de l’ancienneté des systèmes de données et des mouvements de fusions et rachats successifs, il était devenu extrêmement compliqué d’avoir la vision d’ensemble des opérations nécessaires pour répondre aux contraintes réglementaires imposées par MiFID II. En trois mois, nous avions achevé la mise en œuvre de la réglementation et le pari était gagné. Nous travaillons maintenant sur GDPR et AnaCredit à partir de la même plateforme et les résultats sont déjà là », conclut en souriant Philippe Borel, responsable Marché Banque de MarkLogic.

Des feed-back encourageants

Chez une grande institution de prévoyance, MarkLogic a été choisi pour bâtir un référentiel client, une sorte de « golden record », composé de données référentes, destinées ensuite à alimenter l’ensemble des systèmes de gestion et de reporting du groupe. « Notre plateforme est parfaitement adaptée pour les projets de Master Data Management de ce type, où il n’y a pas droit à l’erreur, car elle constitue par essence une source unique de vérité client », explique Philippe Borel. En parallèle, MarkLogic travaille, pour une grande banque coopérative et mutualiste, à la refonte de son système de gestion de documents électroniques (GED), à l’échelle européenne : « Une GED globale à la technologie innovante, qui s’intègre pleinement dans leur projet stratégique de transformation digitale », précisent les deux directeurs de MarkLogic. Séduit par cette plateforme transversale qui décloisonne les silos traditionnels, l’intégrateur a même développé un centre de compétences spécifique, dédié à la solution MarkLogic. « À chaque projet, nous recevons des feed-back très positifs des entreprises, qui soulignent la forte adéquation de notre solution avec le besoin exprimé, ainsi que son côté disruptif, qui contribue à moderniser leurs process…et leur image. Du coup, ils réfléchissent à d’autres cas d’usage… », se réjouit Frédéric Valluet.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)