Finance comportementale

Quand la psychologie des dirigeants oriente les décisions des entreprises

Il est de bon ton de mettre en avant les biais comportementaux des particuliers sur les marchés. Mais les dirigeants sont touchés eux aussi. Analyse des effets positifs et négatifs de cette situation, au profit des investisseurs désireux d’éviter leurs propres travers comportementaux.

Quand la psychologie des dirigeants oriente les décisions des entreprises

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°860

Covid-19 : accélérateur de tendances

Depuis l’attribution du prix Nobel d’économie à Daniel Kahneman, en 2000, la finance comportementale a été largement médiatisée. Deux autres chercheurs internationaux spécialisés dans ce domaine ont été récompensés à sa suite par l’Académie royale des sciences de Suède : Robert Shiller, en 2013, et Richard Thaler, en 2017. Les travaux en finance comportementale sont divisés en deux grandes branches : la prise de décision en situation de rationalité limitée des individus et la discussion de l’hypothèse fondamentale d’efficience des marchés financiers.La finance comportementale est ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet