Gestion des données

KYC et RGPD sont-ils compatibles ?

 

Les institutions financières européennes sont confrontées à un double dilemme : celui d'être conformes non seulement au RGPD, au risque de laisser des failles dans leur dispositif de lutte contre la criminalité économique, mais aussi au processus de KYC tel que défini dans la sixième directive de lutte contre le blanchiment, au risque de violer les règles de confidentialité des données.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°851

Numéro double 851-852 : Prospective 2021 - Rétrospective 2020

À l’heure où la sixième directive de l’Union européenne contre le blanchiment d’argent entre en vigueur, les processus de collecte et d’analyse de données sont confrontés à de nouveaux défis. L’efficacité du processus de KYC repose en grande partie sur la capacité d’une institution à exploiter en temps réel de grosses bases de données à caractère privé. Or, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) pose des limites réelles à l’exploitation des données personnelles. Au sein des grands établissements bancaires, une guerre tactique semble s’enclencher entre les responsables de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet