Droit des affaires

La fiducie ou le primat de l’intérêt de l’investisseur

L’intérêt de la fiducie dans la protection des investissements se caractérise de deux manières : d’une part, l’investisseur dispose d’une quasi-certitude de récupérer son bien, notamment dans le cadre d’une procédure collective ; d’autre part, le législateur a accompagné cet avantage d’un régime fiscal favorable.

reine

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°791

Numéro double 791-792 : Rétrospective 2015 - Prospective 2016

La fiducie, instaurée par la loi du 19 février 2007 n° 2007-211 était, il y a encore quelques années, peu usitée en droit des affaires. Cette méfiance aujourd’hui semble dépassée puisque le nombre de fiducies pratiquées en France se compte en centaines, et est sûrement appelé à croître davantage [1]. Cela n’a rien de surprenant, il s’agit d’un instrument privilégié pour mener à bien des opérations de financement, dont le législateur a voulu favoriser la mise en place. En effet, cette institution encore jeune, ne connaît guère d’obstacle dans sa mise en œuvre. De plus en plus, l’on voit ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet