Ce qu'en pensent les banques

« Éviter toute relation désincarnée entre la BCE et les banques »

Disposer d’un superviseur unique constitue un grand pas en avant pour les banques européennes. Pour cela, l’intégration du contrôle au niveau de la BCE doit être maximale.

« Éviter toute relation désincarnée entre la BCE et les banques »

L'auteur

  • Sébastien Palle, Société Générale
    • Directeur adjoint des Affaires Publiques Groupe
      Société Générale
    • Co-Président du groupe de travail sur l’Union bancaire
      AFME (Association for Financial Markets in Europe)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°757

Supervision européenne : intégration ou complexification ?

Le MSU, une bonne idée ?C’est une décision extrêmement positive et on peut se réjouir qu’elle ait été prise dans des délais aussi courts. Elle était nécessaire pour casser le cercle vicieux liant États et banques. Par ailleurs, cette surveillance unique va favoriser la comparabilité du système bancaire de la zone euro avec celui des États-Unis. Jusqu’à présent, on critiquait les banques européennes jugées de trop grande taille par rapport à leur pays de rattachement. Mais c’est à l’économie de la zone euro qu’elles doivent être rapportées ! La comparaison avec les États-Unis deviendra ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Supervision européenne : intégration ou complexification ?

Sur le même sujet