Établissement de monnaie électronique : un agrément pas toujours nécessaire

La volonté de lancer des nouveaux instruments de ​paiement (cartes prépayées, e-wallet, etc.) est parfois freinée devant l’étendue des exigences législatives et réglementaires à respecter avant de pouvoir démarrer une activité commerciale. Il existe pourtant maintenant, ​grâce à la transposition de la nouvelle directive sur la monnaie électronique (DME) des solutions adaptées à la situation particulière de l’entreprise.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°762

L'innovation est un moteur de développement

La récente transposition de la directive sur la monnaie électronique [1] vise à faciliter l’émergence de nouveaux acteurs proposant des instruments de paiement prépayés tels que des cartes, porte-monnaie ou portefeuilles électroniques. L’objectif est certes de stimuler la concurrence, mais aussi de multiplier les solutions qui permettent aux consommateurs d’utiliser de plus en plus la monnaie électronique à la place de la monnaie fiduciaire.Bien qu’allégée, la possibilité d’émettre et de gérer la monnaie électronique [2] reste soumise à un ensemble de dispositions prudentielles dont la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet