Change & Taux

Pourquoi un relèvement des taux de la FED en 2015 reste probable

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°785

Union des marchés de capitaux : l’Europe cherche sa voie

Depuis plusieurs mois, la croissance américaine ne cesse de décevoir. Au premier trimestre, le PIB a stagné. Bien sûr, cela tient pour une part à la rigueur de l’hiver et à la grève des dockers de la côte ouest, qui ont temporairement freiné l’activité. Cette faiblesse de la croissance n’en force pas moins à s’interroger sur la vigueur de la reprise en cours.

Malgré la chute du prix du pétrole, la consommation n’a en effet cru que modérément, les ménages épargnant une large part de leur gain de pouvoir d’achat (près d’un point de PIB). De plus, la baisse de l’investissement du secteur pétrolier a lourdement pesé sur l’investissement en structures qui s’est contracté de plus de 20 % en rythme annuel. Surtout, les effets de l’appréciation marquée du dollar sont, pour une part, encore à venir et la reprise de l’investissement immobilier est toujours hésitante.

Dans ces conditions, ne serait-il pas plus sage pour la FED d'attendre l'an prochain avant de monter ses taux ? Ce n’est pas certain. D’abord, si le rythme d’activité est modéré, il ne s’est pas effondré : en avril, les créations d’emplois ont dépassé 220 000 et le taux de chômage a de nouveau légèrement baissé, à 5,4 %. Ensuite, la présidente de la FED, Janet Yellen, doit composer avec un comité dont les membres sont loin de partager la même analyse et dont plusieurs mettent désormais en avant les effets secondaires d’une politique monétaire trop accommodante. Janet Yellen elle-même a d’ailleurs indiqué, début mai, que les valorisations boursières étaient plutôt élevées et « source de dangers potentiels ». Enfin, par sa communication, la FED a ouvert la voie à une hausse de taux cette année et les opérateurs l'attendent toujours largement. La repousser à 2016 brouillerait le message envoyé par la Banque Centrale : au moment où celle-ci dit vouloir communiquer clairement ses intentions, ce report risquerait d’être… « source de perturbations potentielles » !

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet