Économie

Etats-Unis : la croissance est-elle anormalement faible ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°754

Financement des entreprises : la nouvelle place des banques

Un débat sévit aux États-Unis, en partie lié à la campagne présidentielle, sur ce que devrait être le taux de croissance « normal » de l’économie américaine au sortir de la crise. 5 ans après le déclenchement de la crise des subprime, le PIB reste aux États-Unis inférieur à son niveau d’avant la crise et le chômage reste élevé, autour de 8 %. Contrairement aux périodes de reprise en « V » qui caractérisent les récessions d’après-guerre, la croissance resterait anormalement faible.

C’est en tout cas ce que prétendent Bordo et Haubrich [1](2012) dans un récent article qui compare la crise actuelle aux crises financières qui se sont produites aux États-Unis depuis 1880. Ils montrent que les crises financières conduisent généralement à des reprises très rapides. Selon les auteurs, La timidité du redressement actuel pourrait s’expliquer par la nature moribonde de l’investissement résidentiel.

Non, répondent Reinhart et Rogoff [2]. La dernière crise ne peut être comparée aux crises financières standard, et il convient de distinguer « crises borderlines » et « crises systémiques », dont les conséquences et la vitesse de reprise sont très différentes. Les États-Unis n’ont connu que quatre autres épisodes de crise financière systémique depuis 1870 : la crise de 1873, celle de 1893, la panique de 1907 et la grande dépression de 1929. Si l'on considère l’échantillon de ces crises, on s’aperçoit que la récente crise des subprime n’a rien d’exceptionnel. Quatre ans après le début de chacune des crises, le taux de chômage était en moyenne 10 % au-dessus de son niveau d’avant la crise. En passant de 4,6 à 9 % il n’a augmenté « que » de 4,4 % pendant la crise des subprime. Le niveau de PIB par tête est également plus élevé qu’au sortir des autres épisodes de crise. Il a fallu attendre 1917 pour retrouver le niveau de PIB réel d’avant la crise de 1907. Une comparaison internationale offre une image similaire : il faut 10 ans en moyenne pour retrouver un PIB comparable. La résorption des crises systémiques est longue et la situation économique américaine n’a donc rien d’exceptionnel.

[1] M. Bordo et J. Haubrich (2012), « Deep Recessions, Fast Recoveries, and Financial Crises: Evidence from the American Record », NBER Working Paper 18194.

[2] C. M. et K. Rogoff (2012), « This Time is Different, Again? The US Five Years After the Onset of Subprime », Vox, 22 oct. 2012.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet