Nouvelle dette bancaire

Obligations seniors non préférées : un premier contact réussi

Les investisseurs ont bien accueilli l’arrivée sur le marché d’une nouvelle dette bancaire, baptisée « senior non préférée ». Toutefois, les évolutions réglementaires (surtout la finalisation du MREL) pourraient venir troubler cette idylle.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°823

Attractivité des banques européennes

Les régulateurs, pour lutter contre l’aléa moral et éviter les bail-out [1], exigent des banques qu’elles constituent un matelas de ressources propres à absorber les pertes éventuelles et à les renflouer sans aide externe. Ce matelas est introduit en Europe par la directive sur la résolution (BRRD) sous le nom de MREL (Minimum Required Eligible Liabilities and Own Funds) et au niveau international pour les 30 banques systémiques [2] sous le nom de TLAC (Total Loss-Absorbing Capacity). En France, la loi Sapin 2 de 2016 prévoit l’introduction d’une tranche de dette dite « senior non ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Attractivité des banques européennes: les investisseurs sont sélectifs

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet