Private Equity, LBO et risque de défaillance

Les montages LBO aggravent-ils le risque de défaillance des cibles ?

Les auteurs se proposent d’analyser l’incidence des montages LBO dans lesquels intervient un fonds de Private Equity sur la défaillance des sociétés cibles. L’étude s’appuie sur un échantillon de 626 LBO réalisées en France entre 2000 et 2010 parmi lesquels 55 ont fait faillite. Les résultats montrent que le taux de défaillance moyen observé deux et trois ans après le rachat est nettement supérieur à celui observé dans l’échantillon de contrôle.

montage

L'auteur

  • Palard
    • Maître de conférences en finance
      IAE de Bordeaux, Université de Bordeaux
    • Responsable du Master 2 Management financier, Chercheur à l'IRGO
    • Membre de la SFAF
  • Nicolas Bedu
    • Maître de conférences en sciences économiques
      Université d'Artois
    • Chercheur au LEM

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°791

Numéro double 791-792 : Rétrospective 2015 - Prospective 2016

Depuis une vingtaine d’années, les opérations à effet de levier de type LBO-LMBO se sont considérablement développées, ce phénomène se manifestant en Europe par deux vagues successives de rachat réalisées à la fin des années 1990 et au milieu des années 2000 [1].Une aggravation du risque de faillite dans les montages LBO…Dans le cas d’une reprise ou d’une transmission d’entreprise, la mise en œuvre d’un montage LBO génère habituellement deux effets a priori opposés quant à l’évolution du risque de défaillance des cibles. D’un côté, les coûts de faillite devraient augmenter en raison des ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet

  • Avaloq, Orange Bank, Moneyline... : En bref...

    • Breve
    • 24/03/2017
    • Revue Banque N° 807