Investisseurs privés

Inévitable lenteur pour résoudre le problème des retail bonds

À moins d’être très fortunés, les investisseurs privés ne sont plus les bienvenus au passif des banques car en cas de résolution, la détention d’obligations bancaires par des petits porteurs pose des difficultés, notamment politiques. En la matière, l’Italie constitue un cas d’école mais n’est pas la seule concernée.

Inévitable lenteur pour résoudre le problème des retail bonds

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°823

Attractivité des banques européennes

Dans la panoplie de produits disponibles pour financer les banques européennes, les « retail bonds » – obligations émises par une banque et souscrite par des clients de ses agences – ont été utilisés largement avant et pendant la crise financière. L’intérêt pour ces instruments découlait du plus faible coût de financement pour la banque émettrice par rapport à une dette émise sur les marchés financiers. Pour le client, l’attrait principal était le rendement plus élevé sur ces dettes que sur une obligation d’état ou sur des comptes de dépôt, pour un risque qui était alors perçu comme ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Attractivité des banques européennes: les investisseurs sont sélectifs

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet