Impact investing : le private equity des entreprises sociales

Ni philanthropie, ni ISR, l’investissement à impact social se focalise sur le financement en fonds propres d’entreprises conjuguant un modèle économique viable et une finalité sociale. Le Comptoir de l’innovation gère deux de ces fonds d’impact investing et veut être présent dans toutes les phases de développement de ces entreprises.

Le double objectif

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°334

Financement des entreprises sociales : un écosystème en construction

On nomme impact investing les investissements qui visent un « impact social », conjuguant rentabilité financière et réponse à une problématique sociale ou sociétale. Il s’applique au marché des entreprises sociales, c’est-à-dire des entreprises dont la finalité sociale, sociétale et/ou environnementale est atteinte grâce à un modèle économique viable. L’impact investing est un segment de marché qui se situe entre la philanthropie et l’ISR et ne doit donc pas être confondu avec ces deux stratégies de financement. En effet, la philanthropie, qui procède du don, n’offre pas de retour financier. Quant aux produits d’Investissement socialement responsable (ISR), ils relèvent uniquement des entreprises cotées qui, certes, limitent leurs externalités négatives en prenant en compte des critères sociaux et environnementaux, mais développent néanmoins des activités commerciales classiques, visant la maximisation du profit.

Un secteur en plein essor

L’impact investing est donc un secteur particulièrement intéressant, qui a su prouver son efficacité en matière de rentabilité financière et extra-financière. En effet, selon une étude [1] réalisée en 2014 par la banque JP Morgan et le GIIN (Global Impact Investing Network), plus de 90 % des investisseurs dans des entreprises à impact social déclarent avoir obtenu un retour sur investissement financier conforme à leurs attentes, 16 % déclarant même qu’il les a dépassées. De même, 99 % des investisseurs interrogés déclarent avoir été satisfaits de l’impact de leurs investissements et 20 % d’entre eux affirment que ce dernier a dépassé leurs attentes. L’impact investing a donc indubitablement gagné la confiance des investisseurs, encourageant de fait la création de nouveaux fonds.

Ainsi, le GIIN, organisation engagée dans la promotion et le développement de l’impact investing, compte à elle seule plus de 125 fonds d'impact investing membres de son réseau, pour un capital consolidé de 46 milliards de dollars [2]. Avec le succès des premiers fonds d’impact investing, le secteur est donc en pleine croissance et attire un nombre grandissant d’investisseurs, privés et publics, qui se réunissent chaque année à l’Hôtel de Ville de Paris pour le Forum international « IMPACT² » [3].

Répondre à un besoin de fonds propres

Pendant longtemps, les entreprises sociales ont rencontré de grandes difficultés pour financer leur changement d’échelle, en raison notamment de la frilosité des banques. En effet, selon un sondage [4] CPCA/Avise réalisé en 2011, « plus de 60 % des associations [forme sous laquelle sont constituées beaucoup d’entreprises sociales] s’estiment freinées dans le développement ou la consolidation de leur activité ». Les principaux freins ? Le manque de fonds propres et d’expertise. Face à ce constat, il était donc nécessaire de créer un nouveau type de structure capable d’apporter des réponses innovantes aux besoins des entreprises et à la demande d’un nombre croissant d’investisseurs.

Depuis cinq ans, Le Comptoir de l’innovation finance et accompagne les entreprises innovantes à fort impact social et/ou environnemental. Il leur apporte de l’expertise pour accélérer leur développement ainsi que des fonds leur permettant de changer d’échelle. Aussi, de l’amorçage au financement du changement d’échelle, il soutient les entrepreneurs sociaux dans toutes les phases de leur développement pour assurer l’essor du secteur, accroître son impact social et créer le deal flow de demain. De plus, sa présence dans 11 pays à travers le monde lui assure une expertise et un réseau reconnus tant en France qu’à l’international.

Des programmes innovants d’accompagnement des entrepreneurs

Pour détecter, sensibiliser et accompagner des jeunes de tous les milieux sociaux, y compris les plus défavorisés, à l’entrepreneuriat social, Le Comptoir de l’innovation a mis en place différents programmes innovants et à forte valeur ajoutée comme le programme « Yes Oui Can » dont la prochaine édition au lieu au mois de juin 2015.

Développé en partenariat avec l’Ambassade des États-Unis en France, ce programme permet à vingt jeunes gens issus de quartiers défavorisés et désireux de créer une entreprise de suivre une formation intensive à l'entrepreneuriat social, qui s’appuie sur les valeurs du sport et du dépassement de soi. L’objectif du programme est de permettre aux jeunes de développer leur idée de création d’entreprise et de prendre confiance en eux. Une fois leur idée validée, les entrepreneurs doivent élaborer un business plan robuste pour faire entrer leur projet en phase d’amorçage et le transformer en entreprise prometteuse.

Pour accompagner les entreprises en phase d’amorçage ou de décollage, Le Comptoir de l’innovation a créé cinq programmes d’incubation qui permettent d'accompagner pendant un an des entreprises qui développent des activités créatrices d’emplois et sources d'innovation sociale, en France, mais également en Tunisie, au Maroc ou encore à Hong Kong. L’objectif est de les accompagner vers le changement d’échelle.

En France, Le Comptoir de l’innovation gère deux programmes d’accélération : Le Comptoir et le Social Good Lab. L’accélérateur Le Comptoir, dont la Fondation JP Morgan, SNCF Développement et le Conseil général de Seine-Saint-Denis sont partenaires, accueille chaque année vingt entrepreneurs qui créent de l’emploi et réalise le potentiel des territoires du « Grand Paris », grâce à la mixité géographique entre Paris et ses quartiers périphériques. Les entreprises bénéficient d’un accompagnement individuel, de locaux, de programmes de mentorat avec des experts, de formations ou encore de mises en relation avec des grands groupes.

Quant au Social Good Lab, créé en partenariat avec Paris & Co,  il vise à favoriser l’émergence et le développement d’entreprises dont les solutions technologiques innovantes répondent à une problématique sociale ou environnementale. Chaque année, dix start-up sont accueillies, parmi lesquelles, en 2014, Arizuka, plate-forme de crowdfunding spécialisée dans les projets de l’économie sociale et solidaire, ou encore Cineapps, fournisseurs de solutions mobiles favorisant l’accessibilité au cinéma.

Deux fonds d’investissement

Pour passer l’étape suivante, faire décoller l’entreprise et lui permettre un changement d’échelle durable, un accompagnement financier est nécessaire. C’est pourquoi Le Comptoir de l’innovation a créé deux fonds d’impact investing, CDI Investissement et Aviva Impact Investing France [5], d’un montant global de 30 millions d'euros.

Ces fonds d’investissement sont dotés par des investisseurs institutionnels tels que Aviva, Amundi ou La Caisse des Dépôts, qui souhaitent, avec Le Comptoir de l’innovation, soutenir des entreprises à fort impact social, et ce avec une rentabilité cible de l’ordre de 3 à 5 % chez Aviva. Le Comptoir de l’innovation investit majoritairement sous forme de prises de participation au capital, dont la rentabilité provient des plus-values dégagées lors de la sortie (rachat par un actionnaire majoritaire de l’entreprise financée ou par l’entreprise elle-même, revente des parts à un tiers ou revente de l’entreprise financée à un industriel ou à un acteur majeur du secteur) et sous forme de titres de créance assimilables à des quasi-fonds propres (rémunérés avec un taux pouvant être indexé sur la performance financière de l’entreprise financée).

À travers des apports en fonds propres et des tickets importants (de 300 000 à 2 millions  d’euros) sur un cycle long (de 5 à 7 ans), Le Comptoir de l’innovation permet à des entreprises sociales françaises, aux plans de développement ambitieux, de changer d’échelle.

Une dizaine d’entreprises financées chaque année

Une dizaine d’entreprises sont financées chaque année, parmi lesquelles les entreprises plus prometteuses issues des incubateurs (le Comptoir et le Social Good Lab). Par exemple, Le Comptoir de l’innovation finance Centimeo, une entreprise d’insertion qui installe et exploite des distributeurs de produits à l’unité dont le prix ne dépasse pas 20 centimes, recyclant ensuite les pièces collectées – uniquement rouges et jaunes – dans l’économie.

Grâce à la complémentarité de ses activités, Le Comptoir de l’innovation parvient donc à intervenir dans les différentes phases de maturité des projets.

En cinq ans, plus d'une centaine d'entreprises à fort impact social ont été accompagnés et/ou financés, à tous les stades de développement, plus de 200 emplois créés et près de 3 000 maintenus, dont 1 800 pour des personnes en situation d’exclusion et 360 pour des personnes en situation de handicap. Et ce n’est qu’un début…

[1] JP Morgan, « Spotlight on the market : The Impact Investor Survey », 2014 : www.thegiin.org/binary-data/2014MarketSpotlight.PDF

[2] Ibid.

[3] Le Forum IMPACT² est un forum international autour de l’entrepreneuriat social et de l’impact investing. La 4e édition aura lieu le 2 avril 2015. Pour en savoir plus : www.impact2.eu.

[4] Étude Avise/CPCA, « Résultats du sondage 2011 sur les besoins d’appui des associations », 2011 : www.cpca.asso.fr/wp-content/uploads/2011/11/resultats-sondage-besoins-d-accompagnement.pdf.

 

Sommaire du dossier

Financement des entreprises sociales : un écosystème en construction

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet