Cet article appartient au dossier : Dettes souveraines: où sont les risques ?.

Pays périphérique

« Il n’y a pas d’urgence à restructurer la dette de la Grèce »

Même si son endettement est désormais mieux maîtrisé, la Grèce continue de perturber la zone euro. Le pays pourrait être poussé à quitter l'Union européenne.

Euro

L'auteur

  • Dor
    • Directeur des études économiques
      IESEG School of Management (Paris et Lille)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°784

Les dettes souveraines

La dette grecque doit-elle être à nouveau restructurée ?La dette publique grecque a atteint 176,3 % du produit intérieur brut en 2014. Ce ratio est supérieur à celui de décembre 2011, qui était de 171 %, alors que la Grèce a procédé en 2012 à une restructuration de la dette publique détenue par le secteur privé, le PSI (Private Sector Involvement), avec une réduction de valeur nominale de 107 milliards d'euros. Ce paradoxe apparent peut s'expliquer aisément. Comme les banques grecques détenaient énormément de dette publique nationale, cette restructuration leur a causé des pertes tellement ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Dettes souveraines: où sont les risques ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet