Banque de détail

Vers plus de mobilité bancaire ?

Pour en savoir plus

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°779

Numéro double 779-780 : Rétrospective 2014 - Prospective 2015

Déplorant que les Français se heurtent à des difficultés lorsqu'ils changent de banque, l'UFC-Que Choisir estime que les transferts doivent être facilités. Selon l'association, cela ferait progresser le taux de mobilité bancaire qui plafonnait à 3,2 % en 2012 (chiffre du Comité consultatif du secteur financier). Que choisir propose trois grandes pistes :

  1. la portabilité du numéro de compte (comme pour le numéro de téléphone mobile). L'association précise que ce projet n'est réalisable qu'à l'échelle européenne. Et selon la FBF [1], « la Commission européenne, qui a examiné ce sujet, a toujours considéré que la portabilité n'était pas la solution appropriée pour faciliter la mobilité bancaire » ;
  2. un numéro Alias. À l'échelle française, l'association propose de créer pour chaque usager un numéro Alias qui serait relié au compte bancaire, ce dernier pouvant changer alors que l'Alias est permanent. Mais l'association reconnait que des investigations doivent encore être menées pour que ce système fonctionne pour les chèques. Il ne peut donc être envisagé qu'à moyen ou long terme.
  3. la redirection. À plus court terme, l'association réclame la redirection des opérations qui arrivent sur un compte clôturé : la banque les redirigerait vers le nouveau numéro de compte. Selon la FBF, le « système de redirection temporaire des prélèvements […] n'a pas eu d'impact sur le taux de mobilité bancaire aux Pays Bas, où il a été mis en oeuvre il y a 10 ans. Par ailleurs, le coût d'un tel dispositif serait disproportionné par rapport au bénéfice pour les consommateurs. Ce dispositif lancé au Royaume-Uni en septembre 2013 a coûté plus d'un milliard d'euros. » Que choisir estime que le coût de ce système n'est pas dissuasif.

 

[1] Fédération bancaire française.

 

Sur le même sujet