Cet article appartient au dossier : N°642 du 01/12/02, Bâle II en question.

La réforme de Bâle II et l'instabilité financière

En étant exagérément prescriptives, les propositions du nouvel accord de Bâle atteignent directement la pratique des banques sur trois ingrédients clés de leur activité : les enjeux de liquidité, de risques et d'information sur les clients. Négligeant l'endogénéité des risques bancaires, cette prescription du régulateur a deux effets potentiels contre-productifs : l'un sur la liquidité des marchés, l'autre sur la procyclicité des modes de gestion bancaire.

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°642

Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)