La banque islamique en Tunisie

Freins, motivations et attentes de la clientèle bancaire

Cet article analyse l’expérience de la Tunisie dans le secteur de la finance islamique et étudie en particulier l'attitude de la clientèle bancarisée à l'égard de ce secteur. Une étude qualitative menée auprès d'un échantillon de clients bancarisés a permis d'évaluer, d'une part, leur niveau de familiarisation avec ce nouveau système et d'identifier, d'autre part, leurs motifs de fréquentation, leurs freins et leurs attentes à l'égard de la banque Zitouna, première banque islamique tunisienne locale destinée au marché national.

L'auteur

  • Kaabachi
    • Enseignant-chercheur en marketing
      European Business School - Paris
  • Obeid
    • Enseignant-chercheur en finance
      European Business School - Paris

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°323

Reporting réglementaire : nouvelles exigences et mises en pratique

Avec un taux de croissance annuelle avoisinant les 20 % et une rentabilité dépassant les 15 % [1], l'industrie de la finance islamique est en pleine expansion dans le monde. Le total de ses actifs se situe entre 1,3 et 1,8 trillion de dollars et pourrait atteindre 2,8 trillions d’ici à 2015 (Niquet, 2008). Toutefois, une analyse plus approfondie de ces chiffres met en avant deux constats majeurs : une concentration de ces actifs sur un nombre limité de marchés, notamment dans la région du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Est et un faible développement des services bancaires islamiques dans ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie