Évaluation complète des banques : un bilan de santé éprouvant

Dossier réalisé par Sophie Gauvent

Introduction

Évaluation complète des banques : un bilan de santé éprouvant

Bilan de santé du système bancaire européen, le Comprehensive Assessment (ou Évaluation complète) mobilise les banques pendant presque un an avec une évaluation prudentielle des risques, puis une Asset Quality Review (AQR) qui se déroule en ce moment, avant de conclure sur un stress-test. Ce véritable marathon annoncé comme un examen impitoyable a incité les banques à nettoyer leur bilan. Ainsi, les besoins en fonds propres identifiés par la BCE à la suite du test pourraient être peu élevés. Les marchés en concluront-ils que le test a été indulgent ?

« Il faut donner au marché les victimes sacrificielles qu'il attend », estime Jérôme Legras, directeur de la recherche d'Axiom AI, investisseur en obligations bancaires ; charge au Comprehensive Assessment (Évaluation complète des grandes banques de la zone euro) d'identifier les établissements qui méritent d'être montrés du doigt. C'est le prix à payer pour restaurer la confiance dans le système bancaire de la zone euro.

Pour réaliser un bilan de santé fiable des établissements, la BCE a conçu un examen d'une ampleur inégalée. Le directeur délégué des risques du Groupe Société Générale, Arnaud Jacquemin, récapitule : « La première partie (évaluation prudentielle des risques) s'est déroulée sur le dernier trimestre 2013. L'AQR, qui a commencé en février, va se poursuivre jusqu'en juin environ. La dernière phase, les stress-tests conduits par l'EBA, prendra place à partir de la fin du printemps et se terminera à la rentrée. Les derniers développements du Comprehensive Assessment interviendront probablement jusqu'en septembre ou octobre. L'exercice s'étale donc sur presque un an » (voir son interview).

Outre sa durée, l'examen est également très minutieux, voire trop. Robert Ophèle, second sous-gouverneur de la Banque de France admet que « passer en revue plus de 50 % des RWA des banques, c'est en effet probablement un peu excessif, mais il faut l'assumer ». Il souligne également dans son interview que le Comprehensive Assessment va plus loin que l'examen mené en 2008 par les États-Unis, qui sert souvent de référence.

À l'approche de l'exercice initié par la BCE, de nombreuses banques ont ajusté leur bilan (augmentation de la couverture des crédits douteux, renforcement du capital...). Ainsi, à l'issue de l'exercice, le nombre de banques identifiées comme fragiles par la BCE pourrait être peu élevé (voir l'article de Cyril Meilland, analyste bancaire chez Kepler Cheuvreux). Le marché jugera-t-il alors que le Comprehensive Assessment a été indulgent ? Pour le moment, la crédibilité de l'exercice n'est guère remise en cause par les investisseurs.

Reste à savoir comment seront traités les besoins de capital identifiés par la BCE. Selon Patrick Artus et Alan Lemangnen (Natixis), les États dans lesquels les banques concernées seront situées pourraient être mis à contribution (voir leur article). Le lien banque-État va ainsi être resserré et la fragmentation [1] accentuée, conséquence pour le moins paradoxale de cet exercice qui constitue le prélude à la supervision unique, destinée notamment à briser le lien entre les banques et les États.

Dossier réalisé par Sophie Gauvent

[1] Fragmentation de la zone euro en plusieurs marchés nationaux.

Sommaire

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité
Tarif : 15.00 euros TTC
Banque & Stratégie