Chronique Droit bancaire et financier international

Le tracé de frontière entre procédures d’insolvabilité et matière civile et commerciale aux fins de la détermination de la juridiction compétente

L’action en responsabilité du curateur d’une faillite de droit néerlandais à l’encontre d’une banque dont le produit profite à la masse des créanciers relève de la matière civile et commerciale au sens du règlement Bruxelles I bis.

CJUE 6 févr. 2019, aff. C-535/17, NK c/ BNP Paribas Fortis NV.

L'auteur

  • Chacornac
    •   : Maître de conférences
        : Université Paris 2
    •   :
        :
    •   :
        :

Revue de l'article

Cet arrêt ne fera ici l’objet que d’un bref signalement à raison de son retentissement pratique pour les banques dans le cadre d’une procédure d’insolvabilité.Il vient prolonger le tracé passablement sinueux de la voie construite par la Cour de justice pour séparer le champ d’application des règles de compétence en matière d’insolvabilité, d’une part, et en matière civile et commerciale, d’autre part, en relation à la figure identifiée en doctrine et en jurisprudence comme celle des « actions annexes »[1].La difficulté est la suivante : compte tenu de l’exclusion figurant à l’article 1er, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)