Jurisprudence

La responsabilité du banquier dépositaire de titres quant à la réparation de la perte d’une chance

Cass. com. 10 janvier 2012, n° 10-26837

Le lien de causalité entre la perte de chance et le dommage doit être établi, et une réparation en nature est possible, afin de rétablir l’équilibre détruit par le dommage. Un client ne saurait donc s’opposer à la reconstitution de son portefeuille liquidé par erreur, sauf à être lui-même responsable de la chance perdue de revendre plus tard ses titres dans de meilleures conditions. Les juges du fond disposent d’un pouvoir souverain pour l’appréciation des modalités de la réparation par équivalent ou en nature.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°750

Les ressources humaines en temps de crise : la grande inconnue

Faits et procéduresDes clients d’une banque avaient constitué un portefeuille de titres dont la valeur au 17 janvier 2008 s’élevait à 627 191 euros. Sans en avoir reçu l’ordre, la banque a liquidé ce portefeuille le 22 janvier 2008 pour un montant de 550 157 euros. Reconnaissant son erreur, la banque a proposé à ses clients, trois jours après la cession, de reconstituer à l’identique leur portefeuille d’actions sans incidence financière ou fiscale pour eux-mêmes. Cependant, le couple client de la banque ayant perdu sa confiance en celle-ci, il a refusé cette proposition, demandant ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet