Chronique Garanties

Le Professeur Pierre Crocq l’aurait prédit*

* En hommage au Professeur Pierre Crocq (15 mai 1959-5 juillet 2019).

Sans qu’une mention en ce sens fût nécessaire, un arrêt partiellement infirmatif constitue un titre exécutoire permettant le recouvrement de sommes versées en vertu d’une décision de première instance partiellement infirmée et la prise d’une inscription hypothécaire pour la créance ressortant de la comparaison entre les deux décisions de justice, qui, combinées, sont en faveur du demandeur de l’inscription au sens de l’article 2412 du Code civil.

Cass. 3e civ., 27 juin 2019, pourvoi n° 18-10836, à paraître au Bulletin civil.

L'auteur

  • F Jacob
    •   : Agrégé des facultés de droit, professeur
        : Centre de droit des affaires, Université de Strasbourg
    •   :
        :
    •   :
        :

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°186

BANQUE & DROIT N° 186

L’article 2412 du Code civil offre une hypothèque légale à tout justiciable « en faveur » duquel un jugement a été rendu. Elle a pour objet de garantir la créance qui, pour lui, va résulter du titre exécutoire que constitue le jugement. Cette hypothèque est générale ; elle peut être inscrite sur tous les immeubles appartenant au débiteur, que ces immeubles soit présents ou à venir.Sans que ce soit tout à fait inattendu, un arrêt rendu par la troisième chambre civile de la Cour de cassation le 27 juin 2019 permet de comprendre qu’une telle hypothèque peut en fait bénéficier aussi au ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)