Chronique : Droit pénal bancaire et financier

Pas d’extorsion si la partie n’a jamais envisagé de céder à la contrainte

Une banque ayant accordé de nouvelles lignes de crédit ne saurait invoquer une tentative d’extorsion alors que ces représentants étaient rompus aux négociations financières et n’avaient jamais envisagé de céder aux propos reprochés au prévenu.

Cass. crim. 1er octobre 2019, n° 19-84.536.

L'auteur

Revue de l'article

Selon l’article 312-1 du Code pénal, l’extorsion est le fait d’obtenir « par violence, menace de violences ou contrainte soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la révélation d’un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou d’un bien quelconque »[1]. Elle est punie de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende. Par exemple, constitue une telle extorsion le fait d’user de la contrainte pour se faire remettre des fonds, fût-ce à titre de prêt[2].Cependant, si ce délit a déjà été retenu pour des détournements d’instruments de paiement commis au détriment de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)