Union bancaire

MSU : impacts et premières implications pour les banques

La supervision unique exercée désormais par la BCE se traduira par des demandes de plus en plus fréquentes des superviseurs sur un nombre croissant de sujets. Pour faire face à ces attentes, les banques vont devoir construire un nouveau dialogue avec leurs superviseurs nationaux et européen ; elles devront aussi se montrer flexibles, voire proactives, pour se réorganiser en interne et allouer les ressources nécessaires.

L'auteur

  • Maud Monin, Deloitte
    • Partner, Financial Service Industry, Audit & Advisory
      Deloitte & Associés
    • Membre
      ADICEF

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°788

Titrisation : pour une meilleure répartition des risques

Depuis le 4 novembre 2014, la Banque Centrale Européenne (BCE) est devenue le nouveau superviseur microprudentiel dans le cadre du Mécanisme de Supervision Unique (MSU [1]) bancaire, dans le but de renforcer l’Union économique monétaire.Le MSU est le premier pilier de l'Union bancaire. Seuls les grands groupes bancaires des pays de la zone euro et de ceux qui décident de participer au MSU sont soumis à la supervision directe de la BCE. Leur nombre était de 130 au lancement du mécanisme. Les autres banques des pays concernés sont supervisées par les autorités nationales sous le contrôle de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)