Comptabilité

« Juste valeur » et « valeur prudente » : la comptabilité et le prudentiel sont-ils encore réconciliables ?

Alors que la « juste valeur » est le thème de la dernière norme publiée par l’IASB (IFRS 13), le régulateur prudentiel tend à lui opposer la « valeur prudente ». Les modalités de calcul de cette dernière, proposées en novembre dernier par l’EBA, mettent en lumière des écarts de méthode entre ces deux notions et semblent entériner la divergence entre les visions comptable et prudentielle de la valeur d’un actif financier (dès lors qu’il n’est pas évalué au coût amorti).

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°758

ISR : va-t-il devenir la norme ?

La CRD 1 [1] sur l’adéquation des fonds propres requérait initialement d’appliquer des « règles d’évaluation prudentes » pour toutes les positions du portefeuille de négociation évaluées à la juste valeur [2]. Cette disposition avait pour objectif de s’assurer que la valeur ainsi calculée présentait un niveau de certitude approprié compte tenu de la nature dynamique des positions concernées et des exigences de solidité prudentielle. Cette « valeur prudente » ne devait pas être supérieure à la valeur de réalisation réelle des positions du portefeuille de négociation.La CRD 3 [3] a étendu le ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet