Chronique Droit bancaire et financier international

L’immunité quasi absolue des comptes bancaires des missions diplomatiques des États

L’arrêt rendu par la première chambre civile de la Cour de cassation le 3 février 2021 dans l’affaire opposant de longue date la société Commisimpex à la République du Congo confirme que les missions diplomatiques des États étrangers bénéficient d’une immunité d’exécution à laquelle il ne peut être renoncé que de façon expresse et spéciale. Cette immunité s’étend aux fonds déposés sur les comptes bancaires des missions diplomatiques, lesquels sont présumés être affectés aux besoins de la mission de souveraineté de l’État.

Civ. 1re, 3 février 2021, n° 19-10.669.

L'auteur

Revue de l'article

1. L’arrêt rendu par la première chambre civile de la Cour de cassation le 3 février 2021 constitue un énième volet du bras de fer ayant donné lieu à de nombreux rebondissements jurisprudentiels[1] opposant la société Commisimpex à la République du Congo. Celui-ci s’est développé à la suite deux sentences arbitrales rendues en 2000 et 2013 ayant condamné la République du Congo à payer diverses sommes à la société Commisimpex. La République du Congo a depuis toujours résisté aux nombreuses procédures civiles d’exécution engagées par son créancier en se prévalant de l’immunité d’exécution ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)