Chronique Bancassurance

Évaluation de la perte de chance résultant du défaut de conseil à l’occasion d’un arbitrage

Si la perte de chance de mieux investir à l’occasiond’un arbitrage n’est réparable qu’à la liquidationdu contrat d’assurance vie, son évaluation est assisesur la moins-value constatée sur le seul support litigieux,et non sur la performance globale du contrat.

Com. 10 mars 2021, n° 19-16302, F-P+L.

L'auteur

  • Marly
    • Professeur agrégé des Facultés de droit
    • Doyen de la Faculté de droit du Mans
    • Directeur du Master II Assurance-Banque

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°197

Retour des OPA ? Retour sur une OPA…

Il n’est pas rare qu’en cours de contrat, le souscripteur d’une assurance vie à capital variable modifie par voie d’arbitrage la répartition de son épargne entre les supports d’unités de compte. Dans l’arrêt commenté, sur les conseils de leur banque, deux assurés ont ainsi investi de coquettes sommes dans des unités adossées au fonds Alpha avant, trois ans plus tard, de les y retirer pour les affecter à d’autres actifs sous-jacents. Reste que ces mouvements ont engendré une perte en capital que les épargnants imputèrent aux manquements de leur banque à ses obligations d’information et de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)