Change et taux

En renonçant à redresser leur déficit manufacturier avec la Chine, les États-Unis s’exposent

L'auteur

Revue de l'article

À trois reprises, Washington a laissé passer des occasions de casser le privilège commercial inacceptable dont s'est doté Pékin (un coût salarial ouvrier horaire en dollar en Chine qui, en 2004, était 80 fois inférieur à celui des États-Unis et environ 30 fois inférieur en 2012) :

  • fin 1999 : Clinton donne son feu vert à l'entrée de la Chine à l'OMC, tout en validant le dispositif de contrôle des changes qui permet à Pékin de verrouiller le cours du yuan à un niveau très agressif ;
  • novembre 2008 : les grands pays initient le G20. La Chine subordonne sa participation à la validation de sa politique de change unilatérale. Washington s'incline ;
  • octobre 2012 : à l'approche du scrutin présidentiel, le candidat Romney puis le président sortant Obama sont tour à tour désavoués par les grands médias américains pour avoir tenté d'inscrire dans leurs programmes une confrontation douanière avec Pékin.

Une offensive douanière de Washington à l'égard de Pékin se heurte non seulement à la résistance de Pékin, mais aussi à l'obstruction des multinationales américaines.

Mais, dès lors qu'il renonce, Washington s'abonne à un énorme déficit manufacturier et à son impact très fortement récessif et il recourt inévitablement à un laxisme économique prononcé : des déficits budgétaires énormes, une dette publique de 17 trillions de dollars  et un recours massif à la planche à billets de la Fed (1 trillion de dollars en 2013). En dépit de tout cela, la croissance moyenne du PIB se limite à 2,25 %  par an depuis juin 2009.

La renonciation à l'arme douanière conduit donc à une impasse et introduit par ailleurs deux risques lourds :

  • un risque d'implosion politique : dès lors que la riposte douanière à l'égard de Pékin se trouve écartée du débat, les dirigeants politiques se divisent, parce qu'ils font face à un dilemme qui est sans issue positive : soit privilégier la croissance à court terme, mais en hypothéquant l'évolution à moyen terme, soit préserver l'économie à moyen terme, mais en prenant le risque d'une récession à court terme ;
  • un risque d'affaissement géopolitique : appuyée sur la Russie, la Chine exploite le laxisme de Washington et les crises budgétaires répétées pour disqualifier le dollar. Si Pékin enclenche la marche du yuan à la convertibilité, c'est parce que la substitution du yuan au dollar comme monnaie du monde lui paraît désormais accessible. Or la suprématie monétaire induit assez vite la suprématie militaire.
 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet