Chronique - Droit pénal bancaire

Droit pénal bancaire - Escroquerie/usurpation d’identité : Escroquerie en récidive – Utilisation de moyens de paiement – Commerçants trompés – Usurpation d’identité – Peine retenue.

Cass. crim. 21 mars 2018, n° 16-86.961 : inédit.

Cass. crim. 21 mars 2018, n° 16-86.961 : inédit.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°179

BANQUE & DROIT N°179 - MAI-JUIN 2018

Est constitutif du délit d’escroquerie, le fait d’usurper des identités, en utilisant sous le couvert de celles-ci des moyens de paiement obtenus illicitement, en achetant sur internet des numéros de cartes bancaires, soit en ouvrant des comptes bancaires au moyen de faux documents, et, à l’aide de ces moyens frauduleux, d’avoir trompé des commerçants.Encore un cas d’escroquerie commis par le client d’une banque. Il témoigne néanmoins du « perfectionnement » continu des modes de commission de cette infraction.En l’espèce, la cour d’appel de Bordeaux avait reconnu, par une décision du ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)