Chronique : Droit pénal bancaire

Droit pénal bancaire : Escroquerie – Fabrication d’un faux contrat de travail et de faux bulletins de paie – Obtention d’un crédit – Préjudice pas nécessairement pécuniaire – Faux en écritures privées – Préjudice éventuel

CA Douai 23 novembre 2015, n° 15/01535 : Juris-Data n° 2015-030618.

 

En matière d’escroquerie, le préjudice n’est pas nécessairement pécuniaire et il existe dès lors que l’acte opérant obligation n’a pas été librement consenti.
Par ailleurs, il n’est pas nécessaire, pour caractériser le faux en écritures privées, que le préjudice soit consommé ou inévitable. Il suffit que la pièce contrefaite soit susceptible d’occasionner un préjudice actuel ou éventuel.

L'auteur

Revue de l'article

Un individu était poursuivi pour tentative d’escroquerie aux assurances sociales, escroquerie et tentative d’escroquerie. Certains des faits qui lui étaient reprochés intéressaient plus particulièrement le droit pénal bancaire.En premier lieu, le prévenu est condamné du chef d’escroquerie pour avoir fabriqué de faux contrats de travail et de faux bulletins de paie qu’il avait produits pour obtenir un prêt bancaire. Or, il invoquait le fait que le préjudice exigé par l’article L. 313-1 du Code pénal pour la constitution du délit n’était pas établi car la banque ne s’était pas constituée ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)