Chronique Droit pénal bancaire

Droit pénal bancaire : Blanchiment d’argent – Travail dissimulé – Chèques de clients – Remise des chèques à la concubine – Connaissance de l’origine des fonds par la concubine.

CA Riom, ch. corr., 8 mars 2018, n° 17/00751 : Juris-Data n° 2018-009596.

 

Constitue un blanchiment par dissimulation le fait pour une personne de déposer sur son compte en banque des chèques remis par des clients de son concubin auteur de l’infraction de travail dissimulé. Il résultait des circonstances que l’intéressée ne pouvait raisonnablement pas ignorer l’origine illicite des fonds.

L'auteur

Revue de l'article

Aux termes de l’article 324-1, alinéa 2, du Code pénal : « Constitue également un blanchiment le fait d’apporter un concours à une opération de placement, de dissimulation ou de conversion du produit direct ou indirect d’un crime ou d’un délit. » Ce délit est sanctionné de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende.La cour d’appel de Riom a été récemment amenée à caractériser cette incrimination dans le fait pour une personne de déposer des chèques, lui ayant été remis par des clients de son mari, sur son compte en banque. Les éléments constitutifs du délit de blanchiment ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)