Chronique : Droit pénal bancaire

Droit pénal bancaire : Abus de confiance – Conseiller financier – Indemnisation de la banque

Abus de confiance

Cass. crim. 2 décembre 2014, n° 13-87.929

 

Doit être condamné pour abus de confiance et escroqueries aggravés, le conseiller financier s’étant approprié des fonds prélevés sur les comptes de clients de l’établissement de crédit pour lequel il travaille.

En outre, l’indemnisation de la banque est justifiée dès lors que l’abus de confiance a ouvert droit à réparation non seulement aux propriétaires, mais encore aux détenteurs des effets et deniers détournés.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°159

Le bitcoin, une monnaie ?

Les faits concernaient un conseiller financier d’une banque. Celui-ci s’était approprié des fonds prélevés sur les comptes de clients de l’établissement de crédit pour lequel il travaillait. De tels faits font immanquablement songer au délit d’abus de confiance prévu par l’article 314-1 du Code pénal. Rappelons que selon ce dernier : « L’abus de confiance est le fait par une personne de détourner, au préjudice d’autrui, des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu’elle a acceptés à charge de les rendre, de les représenter ou d’en faire un usage déterminé. » Il ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)