Chronique : Droit financier et boursier

Droit financier et boursier : Responsabilité du banquier prestataire de services d’investissement – Obligation de conseil (non) – Obligation d’information – Investisseur non averti

Jurisprudence

Cass. civ. 1re, 14 janvier 2016, n° 14-27.001.
Aucune obligation de mise en garde ne peut être retenue à l’encontre de la banque qui n’est pas le dispensateur du crédit et qui n’a pas proposé une opération spéculative.
S’acquitte de son obligation d’information la banque qui délivre une information précise et adaptée, après avoir pris connaissance de la situation financière, de l’expérience et des objectifs des investisseurs, et les avoir avisés des risques inhérents aux options prises, corollaire des avantages énoncés.
Des clients, sans être investisseurs avertis, peuvent avoir une expérience suffisante pour comprendre le risque pris, même en cas de crise imprévisible, contrepartie du gain espéré.
Une banque n’est pas tenue d’un devoir de conseil en l’absence de mandat de gestion.

L'auteur

Revue de l'article

Le prestataire de services d’investissement est-il tenu d’informer ses clients du risque de crise financière, en dépit de son caractère imprévisible ? Une décision de la chambre commerciale de la Cour de cassation a provoqué l’inquiétude en affirmant que l’information délivrée par le prestataire de services d’investissement doit porter « le cas échéant, sur les risques inhérents au placement proposé, leur chance de réalisation fût-elle imprévisible [1] ». Mais l’arrêt rendu le 14 janvier 2016 montre que la première chambre civile ne semble pas disposée à suivre cette voie : elle admet que ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)