Chronique : Droit financier et boursier

Droit financier et boursier : Autorité italienne des marchés financiers – Manipulation de cours – Pouvoir de sanction – Non bis in idem – Convention européenne des droits de l’homme

Jurisprudence

CEDH, 2e section, 4 mars 2014, n° 18640/18, Affaire Grande Stevens et autres c/ Italie.

 

La CEDH confirme son interprétation du principe non bis in idem et invalide la réserve faite par l’Italie en marge de l’article 4 du protocole n° 7 additionnel à la Convention européenne des droits de l’homme. La violation de ce principe est caractérisée dès lors que les nouvelles poursuites visent des faits identiques à ceux qui ont fait l’objet d’une première condamnation définitive.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°155

Banque et Droit 155

La décision rendue par la Cour de Strasbourg le 4 mars 2014 [1] vient confirmer la fragilité de la position de la chambre criminelle de la Cour de cassation [2] au regard du droit européen. On sait que pour celle-ci, le principe non bis in idem, consacré à l’article 4 du protocole n° 7 additionnel à la Convention européenne des droits de l’Homme, n’interdit pas le prononcé de sanctions administratives parallèlement aux peines infligées par le juge répressif [3]. La Cour de cassation fonde cette solution sur les réserves faites par la France en marge de ce protocole, selon lesquelles ce ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)