Chronique : Droit bancaire

Droit bancaire : Prêt immobilier – Clause pénale – Montant excessif

Cass. civ. 1re, 5 février 2014, arrêt n° 104 F-D, pourvoi n° Y 10-25.821, Société financière Antilles-Guyane (Sofiage) c/ Nemegyei, Dumoulin et société Segard-Carboni.


« Qu’en se déterminant ainsi, sans tenir compte de la clause de capitalisation des intérêts et sans rechercher, comme il le lui était demandé, si cet élément, ajouté au montant des intérêts majorés appliqués aux échéances impayées et au montant de la pénalité de 2 % appliquée à ces échéances ainsi qu’au capital restant dû, ne permettait pas de considérer l’ensemble de ces pénalités comme manifestement excessives, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard [de l’article 1152 du Code civil] ».

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°155

Banque et Droit 155

Un prêt immobilier prévoit dans ses conditions particulières une déduction remboursable au titre du fonds de garantie et, dans ses conditions générales, une règle de calcul des intérêts de retard en cas de non-paiement ainsi qu’une clause pénale. Suite à la défaillance de l’emprunteur, le remboursement du solde est réclamé. La contestation principale porte sur son montant et sur le pouvoir du juge de modérer, sur le fondement de l’article 1152 al. 2 du Code civil, les sommes réclamées au titre de pénalité. Le juge du fond possède un pouvoir souverain d’appréciation sur le caractère ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)