Chronique : Comptes, crédits et moyens de paiement

Comptes, crédits et moyens de paiement : Responsabilité du banquier – Crédit immobilier – Manquement au devoir de mise en garde

Cass. 1re civ., 29 mars 2017, arrêt n° 441, pourvoi n° 16-13.050, P+B+R+I, M. Bruneau X et autres c/ société BNP Paribas Personal Finance SA et al.

Cass. 1re civ., 29 mars 2017, arrêt n° 442, pourvoi n° 15-27.231, P+B+I, M. Philippe X c/ société BNP Paribas Personal Finance SA.

• « [Suite aux] constatations et appréciations, dont elle a pu déduire que, compte tenu de la profession exercée ou ayant été exercée par M. et Mme X… et de leur expérience en matière de crédit immobilier, ceux-ci devaient être considérés comme des emprunteurs avertis, aptes à comprendre les informations qui leur étaient fournies et capables d’apprécier la nature et la portée de leurs engagements, ainsi que de mesurer les risques encourus, et que la banque avait satisfait à son obligation d’information, la cour d’appel […] a décidé, à bon droit, que la banque n’était débitrice à leur égard d’aucune obligation de mise en garde » (arrêt n° 441).

• « Qu’en se déterminant ainsi, sans rechercher, comme il le lui était demandé, s’il existait un risque d’endettement excessif né de l’octroi du prêt, au regard des capacités financières de l’emprunteur [non averti], justifiant sa mise en garde par la banque, la cour d’appel a privé sa décision de base légale [au regard de l’article 1147 du Code civil, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n° 2016-131 du 10 février 2016] » (arrêt n° 442).

L'auteur

Revue de l'article

En vertu d’une jurisprudence désormais bien établie, le banquier n’est débiteur d’un devoir de mise en garde qu’au profit de l’emprunteur profane et non de l’emprunteur averti [1].C’est cette solution que reprend un des arrêts commentés (n° 441) : la profession actuelle ou passée des emprunteurs leur conférait une expérience en matière de crédit immobilier qui garantissait, dès lors que la banque avait rempli son obligation d’information, leur aptitude à saisir les informations fournies, à comprendre leurs engagements et les risques encourus. Un défaut de mise en garde envers des ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)