Chronique Garanties

Cautionnement et vices du consentement (erreur et dol)

Le consentement de la caution peut être vicié par l’erreur, notamment en cas de méprise quant à la naturede la garantie. En revanche, celle-ci ne saurait invoquerun dol lors de la conclusion du contrat principal puisqu’elle demeure un tiers vis-à-vis de ce dernier.

CA Colmar 14 décembre 2020, n° 18/04426, M. F. N. I. c/ SA Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne.Com. 27 janvier 2021, n° 18-22.541, n° 75, F-D, M. S. et Mme K, épouse S,c/ société d’exercice libéral à responsabilité limitée Xavier Lemée.

L'auteur

  • Kilgus Nicolas
    • Agrégé des Faculté de droit / Professeur
      Université Clermont Auvergne, Centre Michel de l'Hospital

Revue de l'article

Le cautionnement est à la fois un contrat et une opération impliquant une certaine confiance entre ses acteurs. C’est pour obtenir la confiance du créancier à l’égard du débiteur que la caution garantit la dette. Et, souvent, c’est parce que la caution a confiance dans les capacités dudit débiteur à honorer ses obligations qu’elle accepte de s’engager. Cependant, en présence d’un vice du consentement, il est important de distinguer les contrats en présence, ce que rappellent deux arrêts récents : si la caution peut commettre une erreur quant à la nature de son engagement (1.), elle ne peut ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)