Chronique : Bancassurance

Bancassurance : Contrats d’assurance vie – Recel – Preuve de l’intention frauduleuse (non)

L'auteur

  • Michel Leroy
    • Maître de conférences, Responsable du Master II Ingénierie du patrimoine
      Toulouse I - Capitole

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Droit n°155

Banque et Droit 155

L’investissement d’une part importante du patrimoine dans des contrats d’assurance vie par un époux commun en bien est de nature à soulever des difficultés lors de la dissolution de la communauté pour une cause autre que le décès de l’assuré.Il n’est pas rare par exemple qu’au décès du conjoint du souscripteur, aucune liquidation de communauté ou de succession n’ait immédiatement lieu. Dans ce cas, en principe, la valeur du contrat doit figurer dans l’indivision post-communautaire, ce qui est de nature à soulever un certain nombre de difficultés, en particulier lorsque, avant les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Droit

Articles du(des) même(s) auteur(s)