Intégration

Un ministre des Finances pour la zone euro

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°796

Banque de détail : le modèle de distribution évolue

Difficile de demeurer eurosceptique en entendant le discours prononcé par François Villeroy de Galhau lors du Forum des marchés émergents, le 11 avril 2016. Le gouverneur de la banque de France a esquissé ce que serait « une gouvernance économique efficace à l’échelle européenne pour contribuer à une communauté internationale prospère ». Et l’efficacité passe par une amélioration de l’intégration de la zone euro. Si, dans les domaines monétaires et financiers, le niveau d’intégration est déjà important et continue de progresser (BCE, Eurosystème, Union bancaire…), beaucoup reste à faire dans les domaines budgétaire et structurel. François Villeroy de Galhau admet qu’il serait difficile d’atteindre à court terme une véritable intégration, c’est-à-dire l’Union budgétaire et un marché unique complet. En revanche, un niveau intermédiaire peut être atteint, avec une véritable coordination des politiques budgétaires et structurelles nationales, grâce à un ministre des Finances de la zone euro. Peu à peu, le ministre se verrait confier la gestion du fonds de convergence (qui procurerait aux États un financement commun), évoluant vers un budget de la zone euro.

« Si nous parvenons à mettre en œuvre une intégration plus poussée, envisage le gouverneur de la Banque de France, nous aurons besoin d’un contrôle démocratique plus fort sur les affaires de la zone euro. À cette fin, nous devrons envisager d’institutionnaliser un format “zone euro” au sein du Parlement européen. Les relations entre les députés de la zone euro et les parlements nationaux devront également être renforcées. »

Au total, François Villeroy de Galhau élabore un programme ambitieux qui nécessite un nouveau traité.

 

Sur le même sujet