Stress test: comment les banques qui échoueront rentreront dans le rang ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°773

Financement de l'immobilier : profession en chantier

À l'issue du Comprehensive Assessment, les établissements qui ne respecteront pas le ratio de solvabilité Core Equity Tier One de 8 % dans le scénario de base et de 5,5% dans le scénario adverse disposeront respectivement de 6 et 9 mois pour rentrer dans le rang. Pour Jérôme Legras d'Axiom AI, « ces durées sont plutôt courtes. Les établissements concernés n'auront pas le temps de céder des actifs ou de se restructurer, sauf si des opérations sont déjà amorcées. Ces banques devront donc recourir aux opérations de marché, ce qui correspond au souhait de Mario Draghi dont l'objectif est de faire croître le capital dans le système bancaire. Ainsi, des augmentations de capital auront lieu, procurant aux banques du Common Equity Tier One. Pour satisfaire le ratio de 5,5 % en cas de scénario adverse, les établissements pourront également recourir à des émissions d'obligations hybrides acceptées en tant que capital complémentaire (Additional Tier One – AT1), dans certaines limites ». Quand le seuil de conversion des AT1 est élevé (7 % ou plus), les titres peuvent représenter jusqu'à 1 % des RWA [1] ; quand il est bas (5,5 %), le maximum est ramené à 0,25 %. Selon Jérôme Legras, « le marché va également assister à des rachats d'obligations subordonnées décotées, qui ne sont plus considérées comme du capital dans la logique bâloise ».

À noter que les instruments dont le seuil de conversion se situe en-dessous de 5,5 % ne seront pas acceptés par la BCE, pour satisfaire aux exigences du stress-test ; or, ces derniers mois, les banques ont multiplié les émissions dotées d'un trigger peu élevé (5,125 %, c’est-à-dire le seuil minimal autorisé par CRD 4) qui leur coûtent moins cher en coupon. Selon Jérôme Legras, « elles ont été surprises par cette nouvelle règle de la BCE. Celles dont le capital sera jugé insuffisant à l'issue des stress-tests regretteront probablement d'avoir émis à 5,125 %. »

[1] Risk-Weighted Assets.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet