2020

Le risque géopolitique en filigrane

Risque géopolitique

Revue de l'article

Le début d’année est l’occasion de dresser la liste des risques les plus importants qui pourraient toucher marchés et acteurs financiers. Il faudra sans doute compter avec le risque géopolitique en 2020. « Les principaux déterminants de l’environnement 2020, c’est un environnement géopolitique de plus en plus imprévisible, concernant le Moyen-Orient notamment, avec une incertitude accrue, qui est la raison principale de la perspective négative sur les souverains et sur les banques », indiquait Sarah Carlson, Senior Vice President du groupe Notation du risque souverain chez Moody’s, en ouverture de la conférence annuelle de l’agence sur l’évolution du risque de crédit, en janvier.

De fait, parmi les facteurs de risque cette année, on peut citer les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et entre les Etats-Unis et l’Europe, les tendances protectionnistes, les incertitudes géopolitiques réapparues lors des fortes tensions entre les Etats-Unis et l'Iran, et toujours le Brexit.

Au second semestre, deux événements majeurs peuvent être synonymes de risque (géo)politique cette année. L’échéance du 31 décembre prochain concernant le Brexit, qui devrait déterminer si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne avec ou sans accord, et, avant, l’élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020.

 

Sur le même sujet