Évaluation complète des banques par la BCE

Quels pare-feu publics en cas de recapitalisation ?

L'auteur

Revue de l'article

La façon de remédier aux éventuelles sous-capitalisations que le comprehensive assessment va mettre en évidence n'est toujours pas clairement définie. Certes, les établissements concernés réduiront leurs profits et feront appel au marché puis, éventuellement, aux créanciers juniors (voir l'article ci-dessous), mais qu'adviendra-t-il si ces recours ne suffisent pas ? Dans quelles conditions l'argent public pourra-t-il être injecté ? Les États n'ont toujours pas répondu clairement à cette question des back stops (pare-feu publics). Or, comme le souligne Philippe Gudin, économiste chez Barclays, « la BCE estime que la définition précise des back stops est indispensable. Mais les membres de la zone euro ne parviennent pas à définir une position commune précise. Certes, les ministres des Finances ont rappelé les grandes lignes lors de l'ECOFIN du 15 novembre, mais quelques incertitudes demeurent. Toutefois, un accord pourrait émerger avant le conseil européen de décembre. Les avancées sont d'autant plus difficiles qu'il n'y a pas de gouvernement allemand en ce moment. »

Les États s'opposent sur le cas des pays qui n'auront pas les moyens de secourir leurs banques désignées comme faibles par l'exercice de la BCE. L'Allemagne estime que les pays qui manquent de moyens devront demander un programme d'aide financière qui leur ouvrira l'accès à l'aide du MES [1]. Mais pour certains pays (dont la France) le MES doit pouvoir intervenir directement auprès des banques.

[1] Mécanisme européen de stabilité.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet