Novo Banco : « Une cession mal engagée »

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°808

Temps réel : quand le paiement devient instantané

Que pensez-vous de la cession de Novo Banco au fonds de private equity Lone Star ?

Cette cession annoncée le 31 mars 2017 est mal engagée. L’une des difficultés provient de l’action menée par Pimco, BlackRock et d’autres investisseurs qui continuent de contester l’opération de transfert de dettes qui a eu lieu le 29 décembre 2015 depuis Novo Banco vers la bad bank BES. Étant donné ce contexte, ces asset managers tentent de bloquer la vente de Novo Banco à Lone Star. Même s’ils ne disposent pas d’un argument juridique très fort pour bloquer cette vente, leur pouvoir de nuisance, qui perturbe la cession, constitue un moyen de pression qui leur permet de négocier en position de force dans l’affaire du transfert.

Où en est ce contentieux, lié au transfert de décembre 2015 ?

Il progresse très lentement, mais une expertise a tout de même eu lieu, afin de déterminer la valeur théorique des dettes de BES (donc des obligations transférées) si cet établissement était mis en faillite. Avec cette estimation, les investisseurs connaissent la valeur plancher de leurs titres puisque, en vertu du principe du NCWO (No creditor Worse Off), le créancier d’une banque mise en résolution ne peut pas être moins bien traité qu’en cas de faillite de l’établissement.

Quelle autre difficulté pourrait gêner la vente à Lone Star ?

La vente est conditionnée par la réalisation d’une opération sur les obligations senior qui doit générer 500 millions d’euros de fonds propres pour Novo Banco, mais nous ne savons pas s’il s’agira d’un rachat ou d’un échange de titres. Ce flou est invraisemblable, au moment où la vente est annoncée !

Propos recueillis par S.G. le 6 avril 2017

Propos recueillis par S.G le 6 avril.
 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet