Monnaie virtuelle : YesIbank, un nouvel entrant français

Yeslbank

Revue de l'article

Reprenant le modèle des whuffies et autres twollars [1], Yesibank veut créer une monnaie virtuelle basée sur la réputation de ses usagers sur Internet. Ici, les ¥€$ s’obtiennent en s’inscrivant avec un compte Facebook ou Twitter et en étant rémunéré chaque mois en fonction du nombre d’amis/followers liés au compte. Il est également possible d’avoir des ¥€$ en passant des « deals » avec des sites commerçants en ligne (aimer leur page Facebook, suivre leur compte Twitter, visiter telle ou telle partie de leur site, etc.). Avec cette monnaie, les internautes peuvent obtenir des réductions et des avantages particuliers chez certains commerçants en ligne.

Si cette monnaie virtuelle est pour l’instant encore très loin d’être une véritable monnaie d’échange (le site prévoit que les internautes peuvent s’acheter et se vendre leurs ¥€$, mais en déclinant toute responsabilité et en n’offrant aucun cours de référence), la société derrière ce programme n’exclut pas un jour de franchir le pas. Pour l’instant, elle souhaite fédérer le plus d’internautes et de sites pour générer le plus de trafic publicitaire via les Facebook Ads et les Google AdWords. Pour cela, le site met à disposition des développeurs une API pour utiliser les ¥€$ dans leurs applications pour smartphones et va bientôt sortir des versions multilingues de son site. Pour l’instant, avant même le lancement officiel de cette monnaie, une quinzaine de commerçants ont été séduits par le principe.

[1] Lire « Cahier techno », Revue Banque n° 744, janvier 2012.

 

Sur le même sujet