Profit warning

Grand ménage chez Deutsche Bank

Revue de l'article

Comme cela se produit souvent après l’arrivée d’un nouveau dirigeant, Deutsche Bank fait le ménage dans ses comptes. L’établissement a lancé le 7 octobre un profit warning alors que John Cryan avait pris sa tête 3 mois auparavant. Le dirigeant annonce une perte de 6,2 milliards d’euros pour le troisième trimestre 2015. Pour l’essentiel, ce chiffre provient de réajustements de la survaleur (goodwill) attribuée à plusieurs actifs. Jérôme Legras, directeur de la recherche chez Axiom souligne que « ces provisions s’expliquent en partie par un changement des seuils minimaux de CET1 imposés par le superviseur aux filiales ». Deux autres facteurs expliquent la perte annoncée : une dépréciation de la participation de Deutsche Bank dans la banque chinoise Hua Xia et une provision pour litiges.

En bourse, la première réaction du marché fut négative mais, après réflexion, les investisseurs en actions ont compris que la nouvelle n’était pas si mauvaise. En effet, « l’établissement ayant pris soin dans son communiqué de préparer les actionnaires à une probable absence de dividende pour 2015, il montre la détermination de la nouvelle direction à éviter une augmentation de capital qui était pourtant anticipée par les marchés, explique Jérôme Legras. Ainsi, le risque de dilution des actionnaires s’éloigne ».

En revanche, pour les porteurs de dette AT1 [1], l’annonce de Deutsche Bank constitue une mauvaise nouvelle selon Axiom : « Si le risque de conversion des AT1 est très faible, notre lecture du prospectus de Deutsche Bank nous incite à penser qu’une suspension du coupon doit être envisagée, même si la banque affiche une volonté de payer les coupons tant que cela restera possible. À l’inverse, pour les titres hybrides plus anciens, les legacy Tier 1, dont le paiement du coupon suit des règles différentes, l’annonce est plutôt positive car le ratio de Core Equity Tier One – principal critère pour le paiement des coupons – est légèrement supérieur aux attentes du marché ».

 

[1] Les Additional Tier 1 (AT1) regroupent deux formes d'obligations hybrides capables d'absorber les éventuelles pertes d'un établissement : les Convertible Contingents (CoCos) sont convertibles en actions et les Write Down peuvent voir leur valeur nominale diminuée.

 

Sur le même sujet