Rémunération des actionnaires

Dividendes: la BCE infléchit sa position

L’étau se desserre sur les dividendes distribués par les banques

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°851

Numéro double 851-852 : Prospective 2021 - Rétrospective 2020

Les banques demeurent contraintes dans leur distribution de dividendes. Toutefois, l’étau se desserre si l’on se réfère à la recommandation de ne distribuer aucun dividende formulée au début de la crise sanitaire, le 27 mars 2020. Cette recommandation de non-distribution a été réitérée le 15 décembre 2020 par la BCE mais celle-ci l’a complétée par une alternative : limiter les dividendes. L’institution motive ces restrictions par l’incertitude qui continue de peser sur l’ampleur des conséquences qu’aura la crise sanitaire sur l’économie. Elle « attend que les dividendes et les rachats d’actions restent inférieurs à 15 % des bénéfices cumulés des exercices 2019 et 2020 et ne dépassent pas 20 points de base du ratio de fonds propres de base de catégorie 1 (Common Equity Tier 1, CET1), le montant le plus bas devant être retenu. » Du point de vue de la BCE, cette mesure est nécessaire pour préserver la capacité des banques à absorber les pertes (en cas de multiplication du nombre de défauts sur les prêts bancaires) et à financer l’économie. En revanche, elle ne semble pas prendre en compte le besoin qu’ont les banques de séduire les investisseurs. S. G.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet