Médiation

Le difficile fléchage des litiges financiers

Revue de l'article

Les Français font moins appel à la médiation de l’Autorité des marchés financiers (AMF), qui s’en réjouit. 1 361 dossiers ont été reçus en 2017, soit une baisse de 9 % par rapport à 2016. Un recul imputable en grande partie à la réduction des litiges sur le forex, même si la médiation soupçonne un mouvement de report des tentatives d’escroquerie vers des produits d’investissement en diamants. Ces derniers doivent être autorisés depuis mai 2017 par l’AMF au titre de l’intermédiation de biens divers. Autre sujet d’inquiétude pour la médiation de l’AMF : le mauvais fléchage des réclamations. « Nous avons reçu 663 dossiers n’entrant pas dans notre champ de compétences, soit 9 % de plus qu’en 2016. La tendance ne s’inverse pas », regrette la médiatrice de l’AMF, Marielle Cohen Branche. Les deux tiers de ces erreurs de fléchage, selon le rapport annuel de la médiation de l'AMF, relèvent du secteur bancaire. « Il appartient aux établissements financiers d’informer le plus clairement possible leurs clients des médiateurs dont ils relèvent », rappelle la médiatrice. Une tâche qui n’est pas facilitée par le fractionnement des périmètres d’action des différents interlocuteurs.

 

Sur le même sujet