Cybersécurité : vers la convergence des règles ?

La présidence française du G7 fait de la cybersécurité une priorité

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°833

FUSIONS TRANSFRONTALIÈRES: Les obstacles à surmonter

Il est désormais acquis que la cybercriminalité représente un risque systémique, et que les menaces vont croître en nombre et en dangerosité. Face à ces constats, s’installe l’idée d’une nécessité de développer la coordination internationale dans le secteur financier. « Le système financier est par nature un marché global qui ne s’arrête pas aux frontières. […] Aucun pays ne peut agir efficacement seul. Nous avons besoin d’une approche globale, vraiment coordonnée, pour être capable de répondre positivement à ces attaques », a affirmé Bruno le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, lors de la conférence du G7 sur la cybersécurité à la Banque de France, en mai.

Annoncé comme une première mondiale, un exercice de simulation de cyberattaque du système financier à l’échelle des pays du G7 devait être mené début juin, sous la coordination de la Banque de France. La France a fait de la cybersécurité une des priorités de sa présidence du G7 cette année.

« La réglementation et la supervision, l’information et la préparation : voilà les domaines dans lesquels nous devons clairement améliorer notre coordination », a résumé François Villeroy de Galhau. Le gouverneur de la Banque de France a appelé de ses vœux, outre la réalisation d’exercices de simulation à l’échelle du G20, une coordination entre agences de sécurité nationales et banques centrales, un alignement des textes des différentes instances de normalisation, la réalisation d’une classification commune des cyberincidents, ou encore des protocoles d’accords entre autorités financières de différents pays. L. B.

 

Sur le même sujet