Crowdlending : vers un seuil de 5000 euros par prêteur par projet ?

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°794

Bail-in : les paradoxes du renflouement interne

Le plafond imposé aux plates-formes de crowdlending par le cadre réglementaire français est-il adapté à ce marché naissant mais en forte croissance ? Il pourrait bien évoluer, alors que des annonces sont attendues lors des Assises du financement participatif qui se tiendront en grande pompe à Bercy, en présence d’Emmanuel Macron, le 29 mars. Aujourd’hui, dans un souci de protection de l’épargnant, il n’est pas possible de prêter plus de 1 000 euros à un même emprunteur, entreprise ou particulier. Les acteurs du crowdlending, qui doivent être agréés en tant intermédiaires en financement participatif (IFP) depuis octobre 2014, réclament le relèvement de ce seuil.

L’économiste Nicolas Bouzou, auteur d’une étude sur le financement participatif sous forme de prêts pour le compte de l’IFP Credit.fr, recommande de relever le plafond à 5 000 euros, pour « permettre aux emprunteurs de réussir leurs levées de fonds à partir d’un nombre de porteurs réduits ». Si le montant des prêts sur Credit.fr est de 256 euros en moyenne, 27 % des épargnants apporteraient d'emblée 1 000 euros.

« L’idée de relever le seuil du prêt est assez consensuelle. Un seuil à 5 000 euros permettrait d’inclure davantage de monde. C’est ce que l’on demande », affirme Nicolas Lesur, président de l’association professionnelle Financement participatif France et fondateur de la plate-forme Unilend. D’après le baromètre du secteur réalisé par Compinnov, qui compile les données de 66 plates-formes actives, dont 27 dédiées au prêt, le montant moyen des prêts rémunérés s’élève à 426 euros. Mais relever le seuil permettrait à de gros investisseurs de participer à ces levées.

L’idée est aussi de ne pas pénaliser le marché français en Europe, alors qu’il n’y a, par exemple, pas de seuil en Angleterre. « Il faut rapidement supprimer cette limite : elle conduit à une asymétrie de concurrence avec les FinTech d’autres pays, comme les plates-formes belges qui n’y sont pas soumises et qui sont actives en France », estime Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef et président de Credit.fr.

En 2015, sur les 296,8 millions d’euros collectés par les 66 acteurs du crowdfunding du baromètre, 196,3 millions l’ont été par les plates-formes de prêts, en hausse de 122 %. LB et SL

 

Sur le même sujet