Afrique

La Covid-19 ralentit le projet de monnaie unique de la CEDEAO

En projet au moins depuis 1983 et nommée ECO depuis 2019, la monnaie commune des 15 pays de la CEDEAO ne devrait pas voir le jour avant 2025.

Pas de monnaie unique pour la CEDEAO avant 2025

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°854

Monnaies numériques de banque centrale - Vers le billet de banque 3.0 ?

Annoncée en 2019 pour l’année 2020, la naissance de la monnaie commune des 15 pays africains de la CEDEAO [1] nommée ECO prend officiellement du retard du fait de la pandémie de Covid-19. Les chefs d’États et de gouvernements des pays membres de la CEDEAO réunis en sommet ordinaire fin janvier ont acté la « dégradation de l’état de convergence » en leur sein selon le communiqué final qui « exempte les États membres des critères de convergence macroéconomique » – une des conditions de la mise en place de cette monnaie – pour une seconde année consécutive. L’application des critères de convergence avait déjà été suspendue en 2020 du fait de la pandémie qui créé des difficultés économiques et financières aux États africains. La zone devrait connaître un recul de son PIB de 1,7 % en 2020 après une croissance de 3,9 % en 2019, et concentre ses ressources sur la lutte contre la pandémie et la relance économique. La phase de convergence en vue du lancement de l’ECO doit reprendre le 1er janvier 2022. Or il faudrait au moins trois ans de convergence avant que le projet de monnaie unique ne puisse voir le jour, donc pas avant l’année 2025, a indiqué à la presse le ministre de l’économie burkinabé, Lassané Kaboré.

Par ailleurs, l’autre projet d’ECO, celui de la monnaie commune qui doit rassembler les 8 pays de l’UEMOA [2], eux-mêmes membres de la CEDEAO, en remplacement du franc CFA, n’a pas encore vu le jour. Annoncé le 21 décembre 2019 par Emmanuel Macron et Allassane Ouattara à Abidjan, ce projet de réforme du franc CFA a fait l’objet d’un projet de loi en France qui vient d’être approuvé au Sénat le 28 janvier après avoir été voté en novembre 2020 à l’Assemblée nationale. Mais il ne progresse pas dans les pays africains concernés.

 

[1] CEDEAO : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo, Cap Vert.

[2] UEMOA : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet