Comment LCH Clearnet se prépare

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°753

Résolution des crises bancaires : trouver la bonne équation

Parmi les acteurs concernés par EMIR figurent bien sûr les chambres de compensation ; pour elles, ce règlement va souvent conduire à des renforcements de fonds propres. C'est le cas pour le groupe LCH Clearnet qui, en l'état actuel des recommandations émises par l'ESMA, estime devoir augmenter son capital réglementaire de 300 à 375 millions d'euros. La fourchette est large, car LCH Clearnet, dont le LSE a pour projet d'acquérir la majorité, est supervisée par un collège de régulateurs. Les demandes de capitalisation pourraient être différentes selon les superviseurs.

Un autre moyen, pour les chambres de compensation, de sécuriser leur métier consiste à être exigeantes en matière de collatéral. « Nous n'acceptons qu'une partie du collatéral éligible à la BCE, signale Christophe Hemon, directeur général de LCH Clearnet SA. Mais nous devons également nous assurer de la liquidité de ce collatéral car nous pouvons un jour être amenés à le vendre. C'est pourquoi, une surveillance étroite de la concentration en termes de collatéral déposé a été mise en place afin de maintenir une bonne diversification ; nous appliquons également des abattements complémentaires sur la valorisation des titres qui ont pour effet d'augmenter le montant du collatéral exigé. »

LCH Clearnet peaufine son offre. Il compense déjà 50 % du marché des swaps de taux d'intérêt traités dans le monde soit 95 % des swaps compensés [1]. « Nos axes de développement s'orientent désormais principalement vers le buy-side [2] pour le Forex et les CDS en complément de l'offre actuelle destinée aux dealers, explique Christophe Hemon. Nous avons également une stratégie sur les matières premières. »

LCH Clearnet, qui vise le marché des États-Unis, tente actuellement de surmonter les difficultés d'implantation. « Obtenir le statut de DCO –Derivative Clearing Organisation est très difficile », témoigne Christophe Hemon. Toutefois, l'acquisition d'IDCG, la chambre de compensation de NASDAQ OMX située aux États-Unis, va inévitablement renforcer l'engagement de LCH outre-Atlantique.

[1] Estimation à partir des déclarations effectuées auprès des Trade Repositories et des chiffres des plates-formes de négociation de ces contrats.

[2] Le buy-side désigne essentiellement les asset managers.