Stabilité financière

La BCE s’inquiète pour les entreprises et les banques

La BCE note une hausse des vulnérabilités à moyen terme pour les entreprises et les banques.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°851

Numéro double 851-852 : Prospective 2021 - Rétrospective 2020

Dans sa revue de stabilité financière publiée le 25 novembre 2020, la Banque Centrale Européenne (BCE) a fait part de ses inquiétudes : elle note une hausse des vulnérabilités à moyen terme pour les entreprises et les banques.

L’institution redoute que les dispositifs de soutien mis en place par les États pour venir en aide aux entreprises et aux ménages de la zone euro ne soient retirés trop tôt… ou trop tard. Ainsi, « un arrêt prématuré du soutien budgétaire, y compris les garanties d'État sur les prêts et les moratoires sur les remboursements de prêts, pourrait freiner la reprise économique, en transformant les difficultés des entreprises en matière de liquidité observées au début de la pandémie en problèmes de solvabilité », explique le rapport. Les dispositifs de soutien public sont donc salués par la BCE mais son vice-président, Luis de Guindos, craint toutefois qu’ils ne provoquent « des inquiétudes quant à la soutenabilité de la dette à moyen terme ».

Très liées au sort des entreprises, qui risquent de faire défaut sur leurs prêts bancaires, les banques ont constitué d’importantes provisions qui pourraient parfois s’avérer insuffisantes, à en croire Luis de Guindos : « Les provisions ont progressé, mais paraissent optimistes dans certains cas, tandis que les garanties et les moratoires peuvent avoir allongé le délai nécessaire pour que la faiblesse des performances économiques se traduise par des pertes sur prêts ».

Par ailleurs, la médiocre rentabilité des banques, qui constituait déjà une préoccupation avant la pandémie, semble devoir persister à moyen terme. Quant à leur solvabilité, elle semble satisfaisante, selon le rapport : « Les coussins de fonds propres des banques demeurent confortables et devraient rester disponibles pour absorber les pertes et soutenir l’activité de prêt pendant une durée prolongée. » Les fonds propres des banques étaient très solides au début de la crise, mais l’inconnue était alors l’ampleur et la durée de celle-ci. La vision de la BCE est plutôt rassurante sur ce point-là : la solvabilité des banques européennes ne devrait globalement pas poser de difficulté. S. G.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet